Le Coronavirus ou la chronique d’un confinement, suite 4

Ce matin j’écoutais un sociologue, dont je ne donnerais pas le nom tellement il m’a énervé par ses certitudes et ses affirmations, pour surtout ne pas lui faire de publicité. Comme trop de pseudo-spécialistes notamment chez les écologistes ou chez un certain nombre de politiques avec comme simple commandement, faite ce que je dis, pas ce que je fais ! nous entendons des critiques sur notre époque, mais enfin comment toutes ces personnes qui ont profité de cette époque passée, peuvent nous donner en permanence des leçons. Quand j’entends ce sociologue nous expliquer que nous devons profiter de ce qui vient de nous arriver pour changer l’agriculture française et passé tout en biologique, de faire rembourser par l’état les dettes des agriculteurs pour leurs permettent d’investirent de nouveau pour changer de mode de culture. Ce monsieur oublie simplement qu’un jour il faudra bien payer les dettes de l’état, bien sûr, mais qui devra les payer ? En plus de cette dette, il y a la question principale, qui va nous donner ce qui va manquer pour nourrir les Français ? Qui va permettent aux autres pays de nourrir leurs populations, notamment les Anglais si les agriculteurs français ne leurs exportent plus nos productions ? Bien sûr que les sociologues ont comme activité les comportements humains, la transformation nécessairement de l’évolution en parallèle avec les progrès des sciences, qui ouvre et transforme l’esprit. Ce sont les étapes successives de la science qui guident la société et l’humanité, mais ils ne doivent en aucun cas de venir des cartomanciennes, car ce mélange de donne que des atermoiements ou des ordonnances tout l’inverse de la sociologie. Pour Auguste Comte (1798-1857) père de la sociologie, la science arrivée à sa complétude permet de connaître ce qui est, certainement pas d’inventer.

Depuis quelques jours nous entendons les oppositions refaire surface, même si du côté des extrêmes cela n’a jamais complètement cessé, la politique à sa de passionnant, surtout si vous n’avez pas grand-chose à dire, criez-le. Madame Le Pen nous explique ce qu’il faudrait faire, bien sûr elle à toutes les réponses, c’est également le même cas, depuis moins longtemps, pour monsieur Mélenchon, ce qui m’amuse le plus c’est que ces personnalités qui n’ont jamais géré une collectivité, nous explique ce qu’il faut faire, nous le savons, quand nous sommes au pouvoir tout est difficile, mais quand nous sommes dans l’opposition alors il est évident que ceux qui gouvernes ne connaissent rien et que si les citoyens ont mal voté, car eux savent. J’espère qu’un jour, probablement trop lointain, nous pourrons avoir des politiciens qui pendant les périodes les plus compliquées sauront s’unir pour permettre à notre pays de trouver des solutions rapidement pour avancer, mais surtout éviter, avant tout, les y’a qu’à faut qu’on. Dans les jours qui viennent nous allons avoir un nouveau discours du président, j’espère qu’il va donner une date de sortie du confinement non pas pour des raisons personnelles, mais pour donner au pays une perspective, alors que depuis ce matin nous entendons tout et son contraire, par des journalistes et surtout des éditorialistes, qui se disent toujours bien informés, mais qui sont capable de raconté des inepties incroyables, en économie ou en matière politique, et qui comme elles ne sont que verbales, chacun d’eux croit que personne ne s’en rappellera, sauf qu’aujourd’hui rien n’est oublié, alors dans quelques années j’espère qu’un humoriste ira chercher ces perles pour nous les faire redécouvrir.

La suite 2 dans les prochains jours.

Philippe Sallanche 2020

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *