Le Coronavirus ou la chronique d’un confinement. 2 et 3ème Jour

Nous sommes le mardi 17, c’est le deuxième jour de confinement, il est 5 heures trente, en prenant mon petit-déjeuner je regarde LCI, et comme depuis maintenant plusieurs jours nous avons droit à la question sur les masques, mais aussi sur le document obligatoire à avoir pour sortir, accompagné d’explications sur son bon usage. Ce matin j’ai un peu moins de quintes de toux, mais je n’ai plus trop d’autres symptômes maintenant, plus de fièvre ni de mots de tête. Je décide de reprendre mes écritures, sans pour autant me prendre pour un écrivain, mais j’ai besoin de satisfaire se plaisir, il faut dire que j’ai commencé il y a plus de trente ans à écrire des nouvelles, notamment pour en fin d’année, envoyer un petit fascicule à mes amis et relations. 

Vers 7 heures je change d’organe d’information pour mettre la radio et là ça recommence sur le manque inadmissible de masques, mais aussi des tests pour le Covid19.

J’écoute les différentes données sur le confinement et sur l’économie et je m’aperçois que toutes les hypothèses sont autour de la table, comme toujours les économistes échafaudent des scénarii plus catastrophiques les uns que les autres. J’aimerais à ce stade vous rappeler quelques vérités, la première l’économie est une science inexacte, d’abord c’est une science, par ce qu’il est possible dans un certain nombre de cas de reproduire les études, nous pouvons étudier des possibilités mais les expériences prouvent que les éléments extérieurs détruise les possibilités économiques scénarisés, ensuite la deuxième vérité est sur les économistes eux-mêmes, il y a autant de possibilités et de vérités que de spécialistes et en réalité ils se basent sur des preuves d’expériences passés pour faire des extrapolations, mais qui sont rarement en phase avec la réalité du moment, car tout change à grande vitesse et donc quand ils ont raison c’est très souvent un simple coup de chance, même à la bourse s’il y a des bonnes pratiques et des règles, les grandes victoires sont dû principalement à des montants qui sont hors du commun des simples citoyens et essentiellement grâce à des aller-retour rapide.

Jour 3, une petit musique nous arrive, pourquoi y a-t-il ce problème de masque, alors qu’en 2010, il y avait plus d’un milliard trois cent millions de masque et immédiatement la politique reprend le dessus, le ministre de la santé explique que le changement sur les stock serait intervenu en 2011, sous l’équipe gouvernementale de Sarkozy, ce qui est le plus drôle, c’est qu’il est prouvé que c’est en 2013 qu’il y a eu un changement de doctrine, alors pourquoi tenté d’accuser ce gouvernement, je pense qu’il s’agit avant tout de déplacer la responsabilité sauf que la télé n’oubli rien, résultat nous voyons des députés socialiste accuser la ministre de l’époque, madame Bachelot, de dépense inutile, notamment sur les masques, drôle non !

La suite demain.

Philippe Sallanche 2020

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *