Un homme est mort,

J’ai reçu ce matin un mail qui me demandait, comme à plusieurs milliers d’autres personnes d’ailleurs, de bien vouloir aider une entreprise de lingerie française. Mais voilà cette entreprise était dirigée par un homme, qui vient de se donner la mort à la suite d’un dépôt de bilan. Ce drame qui se répète trop souvent dans notre pays, n’est plus acceptable aujourd’hui.
Je voudrais lancer un appel à l’ensemble des français pour qu’ils se décident enfin à comprendre que créer une entreprise, même si cela échoue, le simple fait d’avoir voulu créer en France lui devrait une exceptionnelle admiration.

Mais pour mieux comprendre, je voudrais vous apporter quelques précisions, car j’aurais pu me retrouver dans cette même situation, il y a quelques mois. Sauf que je suis probablement ou simplement un peu plus résistant et que j’ai eu autour de moi une famille et des associations prêtent à me soutenir, comme 60.000 Rebonds. Cette tragédie qu’est la mort d’un homme qui n’a rien fait d’autre que donner de l’espoir, en créant une entreprise, ne doit plus arriver dans notre pays. Nous devons vraiment nous poser la question sur l’importance apporter sur l’échec dans l’entrepreneuriat, qui devrait être prise en compte comme une expérience enrichissante plutôt que comme un échec. Sans ces personnes pour tenter, demain nous n’aurons plus d’activité. Les institutions devraient enfin regarder avec un œil neuf la réalité de ces créateurs en cas d’arrêt de l’entreprise, trop souvent aucun droit, aucune aide, les autres entrepreneurs eux mêmes sont critiques, alors qu’ils savent bien le défit de la réussite.
Pour comprendre, avez vous n’oublié la sensation que vous avez ressentie lors d’un échec, à un examen par exemple, et bien il faudrait multiplier par dix, par cent, pour comprendre le ressentie de cet échec, qui souvent est multiplié par un échec financier. Alors ne soyez pas accusateur vis à vis de cet homme, quelques fois, quand on s’est battu pendant plusieurs années, à travailler plus de 12 à 15 heures par jour, l’arrêt de l’entreprise crée un vide sidéral, impossible à remplir.

Maintenant nous pouvons parler du fabriqué en France, notamment dans le textile et encore plus précisément dans le domaine de cette entreprise, la lingerie. Qu’est ce que cela veut dire ? Il faut savoir que moins de 0,5% des ventes en montant et 0,2% en volume de lingerie sont fabriqués en France, ce qui représente moins d’un article vendu sur 500. Malgré le fait que beaucoup de marque se revendique du Made-in-France, le combat de la valorisation du travail est loin d’être gagné, surtout que le public voudrait du fabriquer en France, mais ne veut pas en payer le prix, même si la différence n’est pas aussi importante que l’on pense. Ce sont les chaînes de centre-ville qui dominent le marché (28,5%) devant la grande distribution (26,1%) et la vente en ligne (13,5%) . Il est une nouvelle façon de faire pour les grandes marques ou plus exactement pour les plus importantes, comme DIM, par exemple, n’indiquent plus de mention d’origine, comme ça plus de problème. J’ai remarqué cette étrangeté depuis quelques temps, je voudrais que les instances nationales ou internationales se décident à ne plus accepter ce type d’attitude, car de ce fait plus de problème d’origine et plus d’interaction avec les personnels qui fabriquent. Il est possible de changer d’usine sans aucune réaction du monde car personne ne sait où est fabriqué la production. Les salariés ne peuvent plus faire grève ou avoir de conflits, et qui va s’occuper d’un problème d’usine au Bengladesh ou en Chine, qui se souvient encore du drame du Dacca, pourtant 1000 morts dans des ateliers du textile.

Voilà un homme est mort pour avoir voulu construire.
Il est vraiment temps de lancer un cri,
Un cri d’amour pour nos créateurs.

Philippe Sallanche 2018

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *