Les attributs du pouvoir et les excès.

Depuis la nuit des temps, dans les démocraties, mais également dans les autres formes de pouvoir, il y a toujours eu des personnes, qui non élu ou sans réalité de responsabilité, ont trouvé des points d’appui pour profiter des puissants, des présidents. Quelques fois il s’agissait de personnes ayant une ligne dans l’organigramme, mais souvent il s’agissait plutôt d’agent plus ou moins secret, mais dont le point commun était d’être en dehors des clous. Il est évident que le responsable de ces personnes sont responsables de leurs actes, mais depuis plusieurs jours nous avons droit à n’importe quoi. Ainsi ce matin monsieur Dupont-Aignan sur une chaîne info a répété plusieurs fois que monsieur Benalla avait 26 ans et qu’il était impossible d’avoir donné des responsabilités aussi importantes à une personne de 26 ans ! J’aimerai à ce sujet, rappeler quelques vérités à l’ensemble des cassandres politiques qui sur chaque sujet déclenche des affaires d’état.

Bill Gates et Paul Allen fondateur de Microsoft avait respectivement 20 et 22 ans à la création de l’entreprise, Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald Wayne fondent eux Appel, qui avait eux aussi 21, 26 et 42 ans, ou le dernier est bien âgé de plus de vingt-six ans, pour continuer sur le même chemin Mark Zuckerberg, créateur de Facebook n’a lui aussi que 20 ans. Armand Peugeot et Léon Serpollet avait eux 40 et 41 ans au moment du lancement de leurs premiers véhicules à moteur thermique, mais Louis Renault déposera son premier brevet d’une voiturette à 22 ans. Bien entendu, j’ai voulu rester sur des histoires qui nous sont proches, mais j’aurais bien pu vous proposer d’autre nom, Jeanne d’Arc par exemple qui était loin d’avoir 26 ans au moment de sa mort et qui pourtant n’a pas attendu pour être décisif pour notre pays, et qui au passage a été abandonné par des politiques de son époque ! Bien entendu je ne vous parle pas de musiciens comme Wolfgang Amadeus Mozart, à l’âge de six ans, il compose déjà ses premières œuvres.

Monsieur Dupont-Aignan, je suis désolé de votre si mauvaise qualité ou connaissance et j’aimerais vous rappeler une simple phrase finissant une pièce : « Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».
Ce que voulait exprimer Pierre Corneille est le fait que le talent et les dons innés n’ont pas besoin d’attendre les années de maturité pour s’exprimer. Il m’arrive d’avoir l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, mais de tout temps cela s’avéra utile voir indispensable.

Maintenant pour revenir sur cette triste affaire, un ami un jour m’a dit : « quelques fois il suffirait de mettre une casquette affublée d’étoiles à un pauvre d’esprit pour en faire un garde zélé » pour faire le coup de point dans une manifestation, je ne pense pas qu’il faille être véritablement et intellectuellement supérieur, sinon il est possible de se rendre sur un ring et d’en faire un métier. Je ne sais pas si cela sera plus rémunérateur, mais ce qui est certain, c’est que celui d’en face sera consentant. Le plus consternant est que de tout temps, les puissants ont eu un besoin irrépressible d’avoir à leurs côté des idiots, au temps des rois il s’agissait de « fou du roi » en république ce sont toujours des simples d’esprit, qui quelques fois ont une réalité exécutive et sont présent dans les organigrammes. Et quand j’entends les grands cris des partis politiques, notamment du Rassemblement National de Marine Le Pen, avec qui si je ne m’abuse vous avez fait équipe monsieur Dupont-Aignan, je pense que les fous ne sont pas tous où il devraient être. En effet ce parti a usé des mêmes pratiques en 2015, alors que quelques membres ont interpellé des femens, ce faisant passer pour des policiers.

Je ne suis pas encarté auprès d’un parti politique et c’est en toute indépendance que j’écris cette tribune, car je suis en permanence étonné de l’attitude des personnalités politiques, toujours prompte à dénoncer en oubliant leurs propres turpitudes, je voudrais au moins une fois les voir être honnête.

Philippe Sallanche 2018

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *