Le chômeur,

Il est là, à attendre une réponse, sans vie,
Sans réel espoir d’un retour à la normal.
Chaque jour, il reprend ses recherches, soucieux,
Du bien faire, dans la transmission de son savoir,
Dans la présentation de son expérience,
Il soigne son attitude, plein de doute,
Limité par son pur manque de confiance,
Qui se creuse un peu plus à chaque réponse,
Qui arrive négatif, par trop d’inconscient,
De sa valeur, à lui le chômeur accablé,
Par sa famille, par ses amis, la société,
Ignorantes des difficultés croissantes,
De la pensée du chômeur éreinté, éteint,
Epuisé par tant de combats infructueux.

Depuis plusieurs mois, il cache ses angoisses,
A tous ceux qui l’entoure, qui en l’accompagnant,
Ne soupçonne sa volonté de se cacher,
Sa volonté de ne plus sortir, malheureux,
De sa situation, qui incompris de tous,
Reste seul, souvent sans dormir, pendant des nuits,
Découragé de ces refus perpétuels,
De personnes qui sans le connaître, l’ignore,
Limite ses capacités, ses résolutions,
Ignorant ses valeurs, pour les ramener à rien,
Dans la volonté permanente d’amoindrir,
La future rémunération de ce chômeur,
Ecarté par tant de décisions injustes,
Qui le replonge dans la nuit sans étoiles,
Dans un trou noir, où le vide sidérale l’enfouie.

Philippe Sallanche 2018

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *