Économie des sociétés en France.

Voilà depuis quelques jours les virements des dividendes des sociétés du CAC40 sont terminés, et la polémique commence. Mais pourquoi les journalistes économiques, à quelques exceptions près sont si loin de la réalité économique mondiale, en effet, il y a là l’exacte confusion entre la cause et l’effet :

Je vous propose de commencer par regarder l’effet.

Les entreprises françaises seraient les championnes du monde des versements de dividende, ce qui à quelque chose près, est tout à fait vrai, car elles versent en moyen soixante six pourcent des bénéfices réalisés. Mais quel enseignement tirer de cette information ? Seraient-elles bien plus généreuses que les autres entreprises de mêmes tailles dans le monde ? Auraient-elles des velléités de pénaliser leurs structures de management ou leurs employés en servant moins d’intéressement ou de participation ? Auraient-elles aucunement besoin d’investissement et de provisions, tout ce faisant chez nous ? Nos sociétés du CAC40 seraient-elles au-dessus des leurs concurrentes ou moins en adéquation avec les réalités de notre époque ? Voici quelques unes des questions que nous pourrions nous poser si nous ne regardions que l’effet, car dans les faits nos sociétés sont bien plus généreuses, mais pourquoi ?

Avant l’effet, finalement, Il y a la cause et là c’est bien moins réjouissant. Pourquoi des entreprises dont la matière grise est particulièrement bien présente, feraient-ils un tel cadeau à leurs actionnaires, si ce n’étaient par obligation. Depuis maintenant plusieurs années je tente d’expliquer que le problème Français n’est pas dans la qualité de sa formation, ni dans celui de son encadrement, nous avons un milieu scolaire des plus efficient, ou chacun peut y trouver son besoin, où les étudiants les plus capables reçoivent une instruction dans les toutes meilleures du monde, et même si les classements, comme par exemple celui de Shanghai pour les universités ou Pisa pour les études primaires nous classe parmi les pays développés de piètre qualité. Il n’en est pas moins réel que nous sommes le deuxième pays dans l’obtention des médailles Fields, juste derrière les États-Unis ou dans les tout premier du classement des obtentions des prix Nobel scientifique sans parlé des prix Nobel de littérature ou la France est première. Non ce n’est pas de ce coté là qu’il faut chercher notre problème. Les Français ont toujours tendance à se dévaluer, mais pourquoi la réalité est tout autre, nous sommes particulièrement ingénieux, nous avons une formation faisant parti des meilleurs, alors pourquoi un jeune ayant suivi un cursus à Polytechnique doit finalement partir au Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour trouver les moyens de continuer ses recherches et finalement déposer des brevets pour le compte des État-Unis et du MIT. Pour la même raison que nos sociétés du CAC40 paient plus chères leurs investisseurs : le manque flagrant de finance dans notre pays.

Oui, il faut vraiment qu’un jour les politiques regardent de façon réaliste ce problème. Il est impossible de trouver les moyens financiers, en France, de créer des superstructures sans l’aide de l’État. Nos banques, qui sont parmi les plus solides du monde et investissent dans plein d’endroits et de pays étrangers, oubliant régulièrement notre pays. Ce n’est pas pour des raisons extérieures mais bien pour des raisons intérieures. Ce qui s’appelle la confiance dans notre économie, dans notre système fiscal, dans la parole de l’État qui évolue au gré des changements politique. Mais surtout à un fait incroyable qui est que : l’on passe pour important, et que l’on à des garanties, si l’on est présent en Amérique ou en Asie, alors que quand l’on travaille avec la France cela ne serait pas valorisant et pas non plus garantie. Enfin, nous ne trouvons pas ou peu de financement en France, je pourrais vous donner de multiples exemples, à commencer par les miens, mais il est inutile d’enfoncer des portes ouvertes, car l’ensemble de la classe politique de notre pays le sait. Il faudrait simplement qu’elle se décide à agir, ce qui est loin d’être gagné. Alors plutôt que de ce lamenter sur le fait que nos entreprises du CAC40 versent le plus de dividendes, la presse devrait dénoncer en permanence le manque de moyen financier. Là, la cause serait pris en compte avant l’effet et nous trouverions peut être le moyen de réduire réellement le chômage.

Philippe Sallanche 2018

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *