Les révélations sur le chômage Information ou désinformation ?

Depuis bientôt vingt ans, le chômage, en France, est devenu une forme de baromètre de l’état psychologique et du moral de notre pays. Ainsi, ce dernier a toujours été trafiqué, truqué ou encore falsifié, par des politiques ou des courtisans prêts à tout pour faire en sorte que nous avalions toutes les informations ou plutôt les désinformations sur ce sujet.

Aujourd’hui, nous arrivons à un summum de la désinformation, nous avons eu dans la presse française depuis plusieurs jours, le nouveau chiffre du chômage, qui selon l’INSEE serait passé sous les 9%, soit 2,5 millions de chômeurs. Je crois important de rappeler que l’INSEE n’effectue qu’un sondage sur environ 120.000 personnes, de ce sondage l’INSEE tire un chiffre du chômage rattaché à du vide, car il n’y a aucun recoupement avec les autres institutions chargées de gérer les chômeurs français, pour faire croire que l’INSEE donne les bons chiffres, on nous explique que l’INSEE effectue son sondage selon la classification du BIT[1], mais de quoi s’agit-il exactement, pour le BIT, un chômeur est une personne en âge de travailler qui répond simultanément à trois conditions, être sans emploi, c’est-à-dire ne pas avoir travaillé au moins une heure durant une semaine de référence ; être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ; avoir cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en avoir trouvé un qui commence dans moins de trois mois.

Un chômeur au sens du BIT n’est pas forcément inscrit à Pôle Emploi (et inversement).

Pour rappel, Pôle Emploi, inscrit sur des listes les demandeurs d’emploi, puis chaque mois indemnise lesdits demandeurs d’emploi, enfin les classifies selon cinq grandes catégories.

A – Personnes sans emploi, en recherche active et indemnisée, ils sont à fin février 3 464 400.

B – Personne en recherche active et indemnisée, ayant exercé une activité réduite de 78 heures maximum par mois.

C – Personne en recherche active et indemnisée, ayant exercé une activité réduite de plus de 78 heures par mois.

Pour ces deux catégories (B & C) le nombre d’inscrits à Pôle Emploi est de 2 050 800.

D – Personnes sans emploi, mais non tenues de recherche, en congé maladie ou maternité, ou en formation.

E – Personnes en emploi, demandeurs d’emploi, non tenus de faire de actes positifs de recherche d’emploi, créateur d’entreprise ou bénéficiaires de contrat aidé.

Si l’on décide de ne prendre que la catégorie A, pour coller au plus prêt du BIT, alors cela représente environ 3,5 millions de chômeurs, je me pose donc une simple question, si selon l’INSEE il y 2,5 millions de chômeurs en baisse sur le dernier trimestre 2017 et que Pôle Emploi en indemnise 3,5 millions en augmentation en février 2018, où sont le million de chômeurs indemnisés. Je veux bien croire qu’il y a des faux chômeurs, mais un million, cela fait beaucoup, vous ne croyez pas ? Si ce sont des faux chômeurs pourquoi n’avons nous pas mis en place un système de contrôle pour éliminer ce million de pseudo-fraudeurs. Les déficits de nos comptes publics sont tel à ce jour, que nous aurions déjà effectué ce contrôle, nos politiques sachant très bien mettre de coté des chômeurs pour éviter de les comptabiliser. Les cinq cent mille formations de plus du président Hollande n’ayant pas eu d’autre intérêt que de les éliminer des statistiques.

Ce qu’il faut aussi remarquer c’est qu’à fin février le nombre de demandeurs d’emploi, pour Pôle Emploi en catégorie A à légèrement diminué de 0,1%, mais les catégories B et C ont elles augmenté de 1,6%. À fin février le nombre de personnes inscrites sur les listes de Pôle Emploi était 6 258 800 personnes, dont 5 515 200 avec l’obligation de chercher un emploi, ce qui revient pratiquement à dire qui pourrait être prises dans les critères du BIT.

Enfin, le nombre de chômeurs sur 2017 aurait augmenté d’environ 1% dans les trois premières catégories selon les chiffres d’inscriptions à Pôle emploi, alors comment l’INSEE peut voir une baisse du nombre des chômeurs, si ce n’est que par un système approximatif lier à un sondage….

Maintenant nous pouvons regarder un autre chiffre celui des créations d’emplois en France en 2017, il est de, selon l’INSEE, 253.000. Il serait intéressant de le mettre en relation de celui des destructions d’emploi et des nouveaux salariés, entrés sur le marché du travail dans le même temps. Pour les destructions d’emploi, sachant qu’il y a eu 54.500 faillites en 2017, et que si le moyenne est de 5 salariés cela représente plus de 250.000 nouveaux chômeurs, dans le même temps sur les dix ans le nombre de nouveaux salariés, fin d’étude par exemple, représente 1,5 million de personnes, dans l’absolu cela représente 150.000 par ans, au total le besoin de nouveaux emplois représente 400.000, soit environ une augmentation du nombre de postes de 1,6 % par an,. Or, aujourd’hui le pourcentage de création de postes ne représente qu’environ 1,01%, avec ce simple comparatif, nous voyons bien que le problème est loin d’être réglé. Mais le plus compliqué pour expliquer et surtout trouver des solutions, c’est que ces chiffres sont très compliqués à trouver, ils ne sont pas publiés et donc comment imaginer et prévoir pour les années à venir.

Les hommes politiques sont souvent des vantards, c’est dans l’essence même de leurs métiers, ils se croient capables de résoudre tous les problèmes, mais la première règle d’accepter de regarder en face lesdits problèmes, il est également indispensable de ne pas chercher à tromper par des fausses informations ou du moins faire l’omission de ces problèmes dans leurs discours.

Philippe Sallanche 2018

[1] Pour le BIT, En application de la définition internationale adoptée en 1982 par le Bureau international du travail, un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *