L’Utopie.

Le mot utopie a été inventé par l’Anglais Thomas More en 1516, à quelques dates ou années prêtes. Il provient du grec “u”, préfixe négatif, et “topos” lieu ou endroit, l’utopie signifie donc qui ne se trouve en aucun lieu ou aucun endroit.

Mais pour certain, bien plus utopiste que les autres, notamment dans le début du XXe siècle le mot proviendrait du préfixe “eu”, signifiant “bon” et dans ce cas, utopie voudrait dire le bon endroit, mais comment trouver ce lieu qu’est l’Utopie ? Il y a eu plusieurs tentatives depuis la création du mot, et le premier fut Utopia livre écrit par Thomas More, lui même, où il décrit ce monde idéal, mais si tout semble parfait on s’aperçoit que dans une citée comme Utopia il y a des esclaves, et donc même pour l’inventeur du mot, il y a des personnes qui subissent la loi des autres.

Un grand nombre de peuples ont tenté d’utiliser l’utopie pour promouvoir le bonheur pour tous, mais il s’agit là de tromperie effectuée sous couvert d’utopie, car comment faire le bonheur de tous sachant que chaque personne est différente et que la notion de bonheur à autant de possibilités que d’être humain, ce que les spécialistes de ces programmes savaient très bien. Je pense par exemple à toutes les tentatives de communisme ou de socialisme, et je ne veux pas montrer du doigt un système ou un autre, mais bien la philosophie édictée par des meneurs qui dès le début de leurs histoires savaient très bien que la description utopique est considérée comme une fin vers laquelle tend l’Histoire, trop souvent pour leurs propres intérêts. Ce parcours permet de traiter l’utopie dans l’espace et le temps, et de dégager, à travers le motif de l’utopie, les enjeux des philosophies et de l’histoire d’un futur fait de croyance religieuse ou non.

Nous français connaissons bien l’Utopie, car la révolution en 1789 était déjà une forme primaire de l’utopie, ou pour nous et les Européens la course vers le Nouveau Monde. D’ailleurs de façon volontaire ou obligatoire, car oui l’Amérique était bien au départ une utopie, aller vers le Nouveau Monde, malgré les risques du voyage était aller vers une terre promise, comme écrit d’ailleurs dans les évangiles, il y a des terres promises partout, mais rares sont ceux qu’ils l’ont trouvé, hormis pour ceux qui ont utilisé les autres hommes sous une forme ou non, d’esclavage. De tout temps, l’homme a utilisé l’utopie pour engendrer des catastrophes, des guerres internes à leur pays ou dirigées vers d’autres populations, ainsi le début du socialisme, que j’appellerais noble, avait comme ambition de rendre le pouvoir aux peuples, mais très vite les utopistes et penseurs ont étés débordé par d’autres qui ont très vite flairé les capacités à profiter de textes quelques peu révolutionnaires pour prendre un pouvoir et ainsi profiter du travail d’une population pour leurs propres bien-être, nous voyons des pays, dit communistes, où les dirigeants bénéficient de tous les avantages alors que leurs peuples meurent de faim. Même aujourd’hui dans certain endroit du globe des populations ne connaissent les dernières innovations que par des messages clandestins arrivés en totale illégalité pour faire croire qu’ils ont, eux simple commun, la meilleure vie possible, prouvant par là même que l’utopie se termine souvent par des dictatures.

Mais si je devais donner le nom du premier utopiste, sans aucune hésitation, je vous dirais Léonard de Vinci. Avant même la création du mot, il avait créé une nouvelle forme d’organisation, de véhicules, de machines, qui ne verront le jour que quelque quatre cents ans plus tard. Je vous propose d’ailleurs à passer en Touraine, plus précisément à Amboise, pour visiter le Clos Lucé et y admirer les machines inventées par ce visionnaire, pour qui l’homme doit s’engager activement à combattre le mal et faire le bien, ce qui ne l’empêchera pas de créer un char de combat.

Pour ma part, je suis plutôt sur cette forme d’utopie, celle qui croit que l’homme pourra un jour trouver en son sien le meilleur, mais je reste toujours prudent, car à chaque fois qu’un homme politique me promet le bonheur, je ne peux me contraindre à imaginer le pire, le pouvoir a par principe la capacité à détruire la volonté, pour le garder (le pouvoir) à n’importe quel prix.

Philippe Sallanche – 2018

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *