La chronique des jours d’après 6.

La démocratie française a perdu…

Hier la journée électorale est passée, mais contre toute attente, la France n’a pas voté, avec 60% ou plus d’abstentions, notamment sur les grandes villes : il y a de quoi se poser des questions. Jamais le pays n’avait subi un tel revers contre sa propre démocratie, les anti de tous bords ont gagné, car oui il s’agit bien de la réussite de ces gilets jaunes, de ces anti-taxes, des anti-riches, des anti- pouvoir ou encore des anti-voitures, etc. Mais ensuite, que va-t-il rester de cette élection ?

La première question qui est à prendre en compte, c’est la peur, la peur du Covid19, ce virus invisible pour l’œil, mais présent en permanence dans les esprits, notamment pour les électeurs les plus âgés, ceux à qui les gouvernements européens, ou les publicités gouvernementales, ont dit de rester chez eux pour ne pas prendre de risque. Pour la majorité d’entre eux, ils n’ont connu aucune guerre, car même avec 80 ans, ils ont été en grande partie épargnés, n’ayant connu de difficultés qu’après les années 1980/1990 et le début du chômage de masse. Mais surtout, ils ont en tête la promesse de devenir centenaires. Là aussi, pour quoi faire ? Rester dans une maison de retraite avec ses économies, qui vont d’ailleurs fondre au profit de nouveaux industriels de la vie en commun dans de nouveaux mouroirs qui, soit, ne sentent plus l’urine, mais qui ne donnent aucune possibilité d’avenir ?Ces vieux à qui on a expliqué qu’il ne fallait pas prendre de risque pour continuer à mourir tranquillement et qui ont perdu la volonté de se battre.

La deuxième question est plutôt compliquée, car, comment penser que les écologistes aient pu gagner autant de grandes villes après les manifestations contre les taxes écologistes ? ou le combat contre les 80 km/h ? Je crois, surtout qu’il s’agit d’un vote des urbains, gentils écolos de centre-ville, qui n’ont surtout aucun besoin de bouger beaucoup hors des murs de la ville. Qui ne connaissent de la campagne que les images d’Épinal et qui ont trop souvent porté plainte pour des bruits de coq ou des odeurs d’animaux. Nous avons aujourd’hui de grandes villes écologistes qui vont devoir réaliser ce qu’est la réalité des changements de la volonté des citoyens.

Je crois maintenant qu’il faudra regarder les réactions dans les prochains mois, en espérant que nous n’allons pas vivre des réactions épidermiques des populations, car les coups de colère sont très mauvais conseillers et trop souvent emmènent des destructions de notre société. Les gilets jaunes en sont la preuve par excellence, à cause de manifestations, d’au maximum 350.000 personnes. C’est la totalité de notre société qui a perdu du temps et de l’espoir, augmentant encore le pessimisme des Français. Notre pays, qui fait partie des plus beaux pays de notre planète, où la protection des populations est, et de loin, la plus protectrice, n’a plus confiance en l’avenir. Et le pire, c’est qu’aujourd’hui, cette population donne une forme de blanc sein à une forme d’extrémistes pour qui la décroissance devra être la réalité. Ce qui va à l’encontre des gilets jaunes qui voulaient plus de moyens et de perspectives d’avenir.

Voilà, il ne restera plus qu’à regarder ce que notre avenir va nous réserver, notamment dans les grandes villes où le risque de destruction de l’économie est la principale inquiétude.

La suite dans les prochains jours.

Philippe Sallanche 2020

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *