A qui le tour.

Nous sommes dans une époque particulière où notre pays vient d’avoir deux pertes immenses, hier Jean d’Ormesson, l’homme de lettre et aujourd’hui Johnny Hallyday, l’homme du public et d’une certaine façon ils étaient tous les deux très rock. Notre si beau pays vient de perdre deux icônes avec une grande tristesse qui se sent dans la rue. La rivalité des témoignages des femmes et des hommes politique, du showbiz ou des arts, connus ou moins, sont plus dithyrambique les uns que les autres.

Cher Johnny, je ne peux que vous remercier d’avoir attendu une journée pour laisser la politesse à Jean d’Ormesson et lui laisser la possibilité de faire la une des journaux, avant de partir vous aussi. Ayant aujourd’hui plus de cinquante ans, vous avez l’un et l’autre accompagné ma vie, même si cela fut de façon différente. Aujourd’hui, je pense à sa famille, à ses enfants, encore trop jeune pour perdre leur père, à tous ces fans qui pleurent leur chanteur, à tous ceux qu’il a accompagné dans les bons et mauvais côté de la vie, mais toujours avec une énergie invraisemblable. Comme beaucoup quand j’avais besoin d’énergie, il me suffisait d’écouter une de vos chansons pour repartir gonflé à bloc.
Je n’ai jamais été un fan de quelques chanteurs que ce soit, car je ne peux que garder mon esprit critique, je n’arrive pas à être d’accord avec tous ce qui est produit, mais il existe comme ça quelques personnalités qui font parti de notre quotidien et ces personnes que sont Jean d’Ormesson et Johnny Hallyday en ont fait bien plus que seulement nous accompagner. Ils étaient les valeurs qui représentaient le mieux notre cher France, toujours capable de montrer le meilleur de la culture d’où qu’elle vienne. Toujours capable de réagir à la sincérité d’une femme ou d’un homme qui lui apportait du bonheur, du savoir, jusqu’à l’incendie des têtes et des corps, dans une demande permanente de liberté et d’égalité. Et même si des fois il y a des brouilles jamais elles ne remettent en cause le pays, il n’y a qu’en France que ça peut arriver.
Je me rappelle de l’histoire d’une photo que j’ai pris, dans une salle que vous avez très peu usité, pour la télé au théâtre de la ville, mais là aussi votre gentillesse m’a permis d’œuvrer sans difficulté. Je crois que nous trouvons là, la réalité des vraies personnalités, permettant de faire leurs arts avec une prévenance et courtoisie.

Alors mais chers idoles, je vous le dis vous vivrez toujours dans ma tête et dans mon cœur, comme dans celui des millions de Français.

Philippe Sallanche
2017

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply to BURGERKt Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *